Dégradation des délais de paiement

Délais de paiement et défaillances d’entreprises : un lien de cause à effet

Après un bilan 2014 atone (-0.26%), le consensus s’accordait pour orienter à la baisse la tendance des défaillances d’entreprises pour l’exercice 2015.

Malheureusement, à l’issue des 6 premiers mois de l’année, on ne peut que constater la recrudescence des procédures de redressement judiciaire. Le nombre d’entreprises n’étant plus en mesure de faire face à ses créanciers pourrait atteindre les 33 000 cas au 1° semestre !

Certes, les raisons pour justifier cette hausse sont nombreuses, entre autres la grève des tribunaux de commerce en décembre 2014 qui a eu pour conséquence de décaler les décisions de justice sur les premiers mois de l’année 2015.

Mais les premiers maux demeurent les retards de paiement, qui eux, ne connaissent pas la crise ! Une statistique largement répandue souligne qu’une faillite sur 4 est liée à un retard de paiement. Adossé au fait que 2/3 des entreprises payent leurs fournisseurs en retard de 13 jours en moyenne (au-delà des délais légaux fixés à 60 jours par la LME). Et l’on comprend mieux la frilosité de certains responsables à lancer de grands projets d’investissement.

Tour d’horizon des délais de paiement : le Royaume Uni, lanterne rouge

62% des entreprises françaises paient leurs fournisseurs en retard. Si certains secteurs bénéficient de conditions acceptables comme la construction, d’autres comme le Transport pâtissent en revanche d’une dégradation de leur situation.

Ces distorsions sont également notables en fonction de la taille de l’entreprise. On remarque que les Grands Groupes et ETI accusent des retards dans le règlement de leurs factures dans plus de 90% des cas…et imposent des délais plus courts à leurs clients de taille inférieure. Ces crédits interentreprises permettent ainsi de financer une partie de leur trésorerie court terme.

En Europe, c’est le Royaume Uni qui accuse les plus nombreux retards de paiement avec 76% des entreprises – toute taille confondue – qui ne respecte pas les délais légaux. La proportion en Italie reste élevée avec 75%. A l’inverse, l’Allemagne s’illustre avec un respect des délais de paiement dans 3 cas sur 4.

Ces retards de paiement qui s’allongent provoquent des réactions en cascade et en bout de chaine, c’est l’emploi qui paye le plus lourd tribut. Dégradation de la confiance, tension de trésorerie, manque de visibilité.

Notre rôle, en tant que courtier et conseil, est d’éclaircir votre horizon en sécurisant le paiement de vos créances. Vous aider à dégager de nouvelles marges de manœuvre et retrouver la confiance pour profiter d’une conjoncture plus prometteuse.

 

Prenez contact avec nos experts.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *