LA DÉMOCRATISATION DE L’ ASSURANCE-CRÉDIT MOYEN-TERME

La démocratisation de l’ assurance-crédit moyen-terme

En marge des produits d’assurance-crédit « classique » tels que nous les connaissons (par classique on entend l’assurance-crédit moyen-terme avec une durée de crédit inférieure à 360 jours), nous observons depuis quelques temps le développement de garanties fermes destinées à accompagner des projets pour la durée de leur exécution, c’est à dire pour des durées supérieures à un an, présentant de surcroit l’avantage d’être non annulable.

Si la prévention et donc la réduction ou la résiliation de garantie sur un acheteur caractérise généralement l’ assurance-crédit moyen-terme le caractère non annulable (ou « non cancelable ») singularise l’ assurance-crédit moyen-terme. On se trouve effectivement face à une philosophe différente dans l’approche du risque.

Les avantages de l’assurance-crédit moyen-terme

Habituellement, ce type de couverture vient répondre davantage à des besoins de garanties sur des projets de construction d’infrastructures ou dans le cadre de marchés de fournitures de biens d’équipements étalés sur plusieurs années, tels qu’ils existent dans le secteur aéronautique par exemple. Donc avec un « ticket »moyen très important, au-delà de 5 ME.

Aujourd’hui, l’offre se démocratise et les assureurs crédits proposent des offres avec des seuils d’intervention abaissés afin de répondre à une demande de plus en plus importante des PME et des ETI.

Autre avantage de ces produits assurance-crédit moyen-terme, outre leur durée et leur côté « non annulable », il s’agit de contrats « one shot », attachés à une seule transaction. On ne raisonne plus en durée de contrat annuel ou en garantie du poste client, on raisonne par opération.

L’intérêt pour ce type de garanties réside aussi dans le fait qu’il devient plus facile de négocier des accords de financement avec ses partenaires bancaires habituels dès lors que l’on propose une opération ponctuelle totalement couverte et sécurisée par un assureur, couvrant à la fois le risque commercial et le risque politique.

Bien évidemment, l’analyse de qualité de l’acheteur et du risque pays restent les critères clés qui conditionnent le montant de la garantie délivrées sur une opération. Celle-ci elle s’effectue en pleine concertation avec le bénéficiaire, sur la base d’éléments financiers mais également sur l’expérience de paiement ou l’historique des relations.

 

Prenez contact avec nos experts.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *