transformation numérique

Les enjeux de la transformation numérique pour les professionnels de l’agroalimentaire

Les distributeurs et les fournisseurs du secteur de l’agroalimentaire sont aujourd’hui témoins de la digitalisation du secteur. Certaines entreprises françaises ont compris les enjeux de ce changement et font office de 1ères de la classe, alors que pour d’autres c’est la « panique à bord » lorsque l’on évoque la transformation numérique. Alors que les freins sont parfois ancrés plus fortement dans les esprits, les enjeux sont oubliés. Nous vous proposons aujourd’hui de vous les rappeler (ou de les découvrir).
Mais avant de commencer à vous présenter les enjeux, nous ne pouvons pas mettre de côté les freins. En effet, la France accuse un retard dans la digitalisation de ses entreprises par rapport à ses voisins européens. Il est donc important de comprendre quelles sont les raisons qui font obstacle à cette transformation numérique. Ainsi, selon un sondage réalisé pour le « Digital Marketing one to one 2015 », les principaux freins sont les suivants :
 Les enjeux de la transformation numérique pour les professionnels de l’agroalimentaire
Ces chiffres ne sont pas anodins et démontrent la complexité de la mise en place d’un projet de transformation digitale car ils englobent 3 éléments déterminants :
Les enjeux de la transformation numérique pour les professionnels de l’agroalimentaire

Ces freins perçus par l’entreprise sont majoritairement renforcés par une peur de la refonte de la stratégie en place. En effet si cela est vécu comme une contrainte, les obstacles seront renforcés dans les esprits, alors que si elle est vécue comme une opportunité, ce sont les enjeux qui prennent le dessus.

Maintenant posez-vous ces questions :

  • Cela vaut-il la peine de fournir des efforts pour franchir ces obstacles ?
  • Quelles seront les conséquences d’une non transformation numérique de mon entreprise ?
  • Comment sera le monde de la distribution demain ?
  • Y aurais-je toujours ma place avec mon business model actuel ?

Pour vous aider à répondre à ces questions, nous vous proposons comme première étape de découvrir 7 enjeux liés à la transformation digitale dans l’agroalimentaire :

1/ L’innovation agroalimentaire

Les professionnels de l’agroalimentaire sont aujourd’hui fortement incités à investir dans l’innovation. En effet, pour pouvoir rester compétitif l’entreprise doit perpétuellement proposer des nouveautés sur le marché. Il est important de mentionner que l’innovation n’est pas uniquement réservée au produit. L’innovation peut également être servicielle, de processus et organisationnelle.

Quelques chiffres pour montrer l’importance de l’innovation dans le secteur (Source : l’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA)) :

  • 50% des produits présents en supermarché n’existaient pas il y a 5 ans.
  • 2 innovations sur 3 ont un effet positif sur l’environnement
  • 3000 innovations produits sont mises sur le marché par an
  • 2 entreprises IAA sur 3 innovent en permanence

2/ Développer la distribution Multicanale

Le changement des modes de consommation et la démocratisation des achats en ligne poussent les entreprises à proposer à leurs consommateurs une distribution multicanale de leur offre. Cela se justifie pour les entreprises du BtoC et du BtoB. Elles doivent donc être en mesure de créer une réelle stratégie autour de ces différents canaux, en les utilisant au meilleur moment du cycle d’achat, en créant des passerelles entre les différents canaux (entre le point de vente et le site internet par exemple) … L’objectif étant de créer un parcours clients cohérent et en adéquation avec leurs attentes, afin d’améliorer la rentabilité des ventes.

3/ L’exploitation des données consommateurs

Une bonne exploitation des données consommateurs, donnent à l’entreprise de multiples opportunités : anticiper les nouveaux besoins, maîtriser sa e-réputation, gérer la fidélisation de ses clients… Plus l’entreprise possédera de données sur le consommateur (nom, prénom, âge, sexe, localisation géogra­phique, historique d’achats…) plus il lui sera possible de proposer des offres pertinentes et de créer une relation personnalisée avec le client.

4/ L’émergence d’une tendance à la préoccupation « santé » et à la transparence des produits

Les consommateurs se préoccupent de plus en plus de l’impact qu’aura leur alimentation sur leur santé. Cette tendance les amène donc à vouloir connaître les informations nutritionnelles, l’origine et la qualité du produit. Or, il est observé que ces consommateurs font aujourd’hui moins confiance aux entreprises que par le passé, lorsqu’il s’agit de la qualité des produits alimentaires. Méfiance sûrement dû aux différents scandales alimentaires, on pense notamment à celui de la viande de cheval présent dans des plats surgelés officiellement préparés à base de bœuf. Les consommateurs veulent savoir ce qu’ils mangent, les entreprises doivent donc être capable de faire preuve de transparence.

5/ Le développement durable, un investissement stratégique

La protection de l’environnement et le respect des conditions de travail sont autant de caractéristiques auxquelles les consommateurs sont attentifs.  En effet, les consommateurs veulent être de bons citoyens et cela passe par leur consommation. Ainsi, selon une étude de TNS Sofres, environ 74% des répondant français souhaitent que les marques alimentaires innovent ou investissent davantage sur des produits alimentaires qui respectent l’environnement et préservent les ressources naturelles. Et environ 66% souhaitent également des investissements pour des produits alimentaires fabriqués dans le respect des travailleurs et/ou des producteurs.

6/ L’ouverture vers l’international

Dans notre société actuelle, l’internationalisation des entreprises est fondamentale. Que ce soit pour vendre ou pour acheter, les entreprises sont majoritairement confrontées à des situations d’échange avec des fournisseurs ou des clients à l’étranger, apportant de nombreuses contraintes.

En effet cela implique de :

  • Pouvoir maîtriser les coûts et taxes liées à l’importation et à l’exportation
  • Gérer des documents en différentes langues
  • Connaître et respecter la réglementation propre à chaque pays en lien (multi-législations)

Mais ne pas être en capacité de s’internationaliser fait courir le risque de perdre des parts de marché à l’entreprise et de se priver d’avantages concurrentiels non négligeables.

Lisez le reste de l’article ici.

 

Prenez contact avec nos experts.

2 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *