Bertrand Mazuir credit manager

Interview de Bertrand Mazuir, Credit Manager chez Schneider Electric

1) Pouvez-vous nous dire ce qui vous a conduit vers ce métier ? Quel est votre parcours ?

Le hasard ! Comme beaucoup de mes confrères je n’ai pas grandi en rêvant de devenir Credit Manager. Par contre j’ai été rapidement intéressé par la gestion des entreprises et notamment des PME / PMI.Durant mon Magistère de Management réalisé en alternance, je travaillais dans une PME de 50 personnes qui avait un vrai savoir-faire et un positionnement commercial très intéressant. Cependant, la croissance avait été très mal gérée et le BFR avait explosé à cause des dysfonctionnements d’une organisation inadaptée. Cette société a dû fermer ces portes. Dès lors, je me suis particulièrement intéressé aux causes des difficultés financières des entreprises. La mauvaise gestion du poste clients en est une qui est récurrente d’autant plus que les retards de paiement et les impayés ont des origines très larges qui proviennent de l’ensemble du processus de vente, de la négociation commerciale à l’encaissement définitif du paiement, en passant par la logistique ou la qualité.

2) Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui veut se lancer dans une carrière dans le Credit Management ?

Le Credit Management peut être un métier très spécifique : évaluation de solvabilité, sécurisation des créances, recouvrement. La fonction Credit Management n’existe que dans les grandes entreprises. Mon conseil est de voir plus large en début de carrière et de devenir par exemple expert dans la gestion du BFR, ce qui implique d’autres compétences (logistique, achats, gestion de stock…etc.) en addition de celles requises par le Credit Management. Ainsi, il leur sera plus facile de se « vendre » notamment auprès des PME / PMI.

3) Quelles sont, selon vous, les qualités d’un bon Credit Manager ?

La capacité de comprendre intimement les enjeux financiers et les enjeux commerciaux et de les fusionner dans un tout. Le Credit Manager doit embrasser l’ensemble de la relation commerciale sous tous ses aspects. C’est pourquoi la complexité de sa tâche varie avec le type de commerce. Par exemple, gérer les risques d’une affaire de plusieurs millions d’euros engageante sur plusieurs années pour le vendeur requiert des compétences et des connaissances plus larges qu’une vente de produits. L’aisance relationnelle est bien sur essentielle que ce soit en interne avec les commerciaux (expliquer, convaincre) ou en externe avec les clients (écouter, négocier).

4) Pouvez-vous nous décrire votre organisation ? (Comment fonctionne votre service, à qui êtes-vous rattaché, combien de personnes travaillent avec vous, quel est votre périmètre d’intervention,…).

Aujourd’hui je travaille pour le Corporate de Schneider Electric dans un service de 5 personnes dirigé par Cendrine Perier. Notre rôle est d’apporter du support aux entités du Groupe Schneider Electric partout dans le monde. Nous sommes en contact avec tous les services de Credit Management du Groupe et nous menons avec eux des plans d’actions pour améliorer la performance. C’est passionnant par la dimension internationale de notre action et la variété des enjeux et des cultures en gestion du poste clients.

5) Au cours des dernières années, pouvez-vous nous donner votre ressenti sur l’évolution de cette fonction ?

Je répondrai sur l’évolution du métier chez Schneider Electric, ne disposant pas d’une vue globale. Ce métier est aujourd’hui d’avantage mis en avant que lors de mon arrivée en 2008. Les enjeux liés au Credit Management sont pleinement reconnus et font parti des priorités du Groupe. Par ailleurs, la stratégie commerciale de Schneider Electric s’oriente fortement sur les solutions qui sont des affaires engageantes sur du moyen terme (3 – 5 ans). Les Credit Managers doivent s’adapter à cette réalité et monter en compétences sur des notions telles que : risque de fabrication, risque politique, courbes de risques et courbes de trésorerie, contractualisation des affaires…etc. Cela rend le métier encore plus passionnant !

Cliquez pour lire la suite de l’article

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur, à savoir, l’AFDCC et AU Group ne sauraient être tenus pour responsable de l’utilisation qui pourrait être faite des informations qu’il contient.

 

 

Prenez contact avec nos experts.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *