cyber sécurité

La cyber sécurité encore trop faible en France

La cybercriminalité devient le deuxième type de fraude observé et prend une ampleur exceptionnelle en France. 53% des entreprises françaises sont affectées mais seulement un tiers d’entre elles disposent d’un plan de réponse pour y faire face. Il est paradoxal de constater le niveau croissant de préoccupation des chefs d’entreprises face à ce nouveau type de risque et le décalage des moyens mis en œuvre en termes de cyber sécurité déployée.

Dans ce domaine, la difficulté d’affecter des ressources compétentes pour faire face à ces nouveaux enjeux et ainsi contrer la créativité des cybercriminels nécessite une véritable réorganisation de l’entreprise dans toutes ses composantes et ce d’autant plus que ces attaques sont le fruit d’actions coordonnées perpétrées par des réseaux criminels.

Ajoutons enfin que ces agressions sont désormais des actions associant des compétences élargies telles que l’informatique, la finance et la comptabilité et sans oublier également une expertise sectorielle.

Que défendre avec la cyber sécurité ?

Selon l’enquête réalisée par le cabinet PWC en 2016 sur la sécurité de l’information, l’atteinte aux données relatives aux clients apparaît comme étant un objectif prioritaire et l’on assiste à une envolée fulgurante des vols de données relatives à la propriété intellectuelle.

Ce risque est devenu aujourd’hui plus important semble-t-il que le vol de données bancaires.

D’un point de vue financier, une atteinte au moyen de paiement est certes dommageable mais ne remet pas en cause systématiquement la pérennité de l’entreprise.  Mais il en est autrement du vol de données lié à la propriété intellectuelle dont le coût, difficile à évaluer, peut-être destructeur pour cette même entreprise.

Toutes ces raisons militent désormais pour un échange de bonnes pratiques et la mise en œuvre de réponses adaptées aux incidents qui mobilisent les experts en informatique mais plus largement les cadres dirigeants.

Sur un plan plus général, la cybercriminalité étant susceptible de toucher des domaines plus larges, le caractère impérieux de mettre en place un comité de pilotage de ces risques s’impose de lui-même !

Cependant, il n’existe pas de réponse unique applicable et il convient de mettre en œuvre un processus d’amélioration continu qui marie compétence technologique et savoir- faire métier.

Consultez l’article ici : Global Economic Crime Survey  2016

En lire plus sur la cybercriminalité et les cyberattaques.

 

Prenez contact avec nos experts.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *