credit risk

Prévenir le risque de crédit : oui, mais à quel prix ?

La prévention des risques au sein d’une entreprise permet de maitriser son budget et d’atténuer la volatilité de sa trésorerie. Qu’en est-il du premier actif circulant de votre bilan : les créances clients ?

Pour être anticipé, le risque doit être identifié. Or, en matière de risque de crédit, le principal danger est la défaillance d’un client.

C’est pour cette raison que chaque entreprise doit disposer, à défaut d’une procédure de credit management, de règles précises de gestion de son risque de crédit clients. Plus ou moins sophistiquées selon les entreprises, celles-ci doivent leur permettre au minimum  de bien identifier les clients à qui l’on fait crédit, de suivre leur solvabilité dans le temps, mais aussi de décider s’il est opportun de leur accorder  de la flexibilité dans le règlement de leurs créances, en cas de difficulté de l’un d’eux .

Mais combien coûte réellement le suivi du risque de crédit ? Quels sont les éléments minimum à prendre en compte ?

  • La collecte de l’information: comptes et résultats financiers, Soldes Intermédiaires de Gestion, ratios de solvabilité… auprès de sociétés de renseignement commercial ou bien directement auprès des clients eux-mêmes,
  • L’analyse des informations collectées pour apprécier  la qualité et la pérennité d’une entreprise cliente. Ce qui suppose d’avoir en interne des compétences pour le faire et du temps… sans garantie de résultat …
  • Le suivi dans le temps de la solvabilité et l’expérience de paiement, capitale dans la relation Client-Fournisseur
  • Le recouvrement des créances : traité totalement en interne ou bien externalisé, partiellement ou totalement. Le taux de récupération des créances par rapport au temps passé doit être mesuré car il est un indicateur d’efficacité des procédures mises en place,
  • Les outils de gestion du risque et du recouvrement: indispensables pour piloter le risque au quotidien, en livrer une image fidèle et s’assurer d’une bonne gestion prévisionnelle du cash.

Le manque d’information, outre les risques financiers qu’il peut vous faire prendre, peut par ailleurs être un frein à votre développement. La méconnaissance d’un nouveau client, des comptes non publiés ou une information non actualisée s’avèrera bien souvent être un argument pour refuser une vente, donc ne pas réaliser de chiffre d’affaires avec une entreprise qui peut être se porte bien malgré son manque de communication financière.

De même, la perte sèche qu’il faudra essuyer en cas de défaut d’un de ses acheteurs. Quand on sait que pour compenser une perte de 10 000 € avec une marge de 10% il faut générer 100 000 € de ventes supplémentaires !

Il existe aujourd’hui des outils performants, véritables leviers pour accompagner le développement des entreprises sur leurs marchés tout en sécurisant le cash généré par leurs ventes.

AU Group, spécialiste du poste clients, peut vous accompagner dans votre réflexion et, en accord avec votre stratégie de développement, vous aider mettre en place des outils adaptés à votre organisation avec une efficacité éprouvée … très souvent pour un coût moindre pour l’entreprise … !

 

Prenez contact avec nos experts.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *