Articles

La notation de votre entreprise par les assureurs-crédit

Depuis maintenant une dizaine d’années les assureurs-crédit se sont appliqués à développer des systèmes de notation/scoring de l’ensemble de leurs bases acheteurs.

Les 3 objectifs de la politique menée par les assureurs-crédit

  1. Pouvoir fournir une réponse « on-line » à un maximum de demandes et ainsi réduire les délais et améliorer la satisfaction de leurs clients assurés
  2. Améliorer la qualification des risques portés afin d’adapter leur politique d’engagement en fonction de la situation économique et négocier auprès de leurs réassureurs les meilleures conditions.
  3. Définir le  rythme auquel l’assureur réactualisera l’information sur les acheteurs concernés. La révision sera d’autant plus espacée dans le temps que la note attribuée à l’acheteur sera bonne.

Il existe des sites d’information accessibles gratuitement qui vous permettent de connaitre la cotation de votre entreprise auprès des différents assureurs :

Un document officiel émis par l’un de ces intervenants vous indiquera une fourchette de l’encours global délivré par l’assureur sur votre entreprise. Vous pourrez en outre être informés en cas de dégradation de leur appréciation sur votre signature.

La note des assureurs-crédit

Cette note est présentée par les assureurs comme une probabilité de défaut de paiement de votre entreprise sur les 12 prochains mois.

Chez Atradius on parlera d’Atradius Buyer Rating sur une échelle de 1 à 100 : 1 étant très bon, 100 indiquant que l’entreprise est en défaut.

Chez Coface on parlera du D.R.A. qui peut aller de 1 à 10 : 1 étant le moins bon D.R.A. possible, 10 le meilleur.

Chez Euler Hermès il s’agira du grade allant également de 1 à 10 mais à l’inverse de Coface : 1 est le meilleur grade possible et 10 indique que l’acheteur est en défaut de paiement.

Quelque soit les assureurs-crédit, on remarque que la notation de l’ensemble des acheteurs considérés représente une loi normale centrée réduite.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la notation délivrée par les assureurs, vous pouvez bien entendu contacter les équipes d’AU Group.

Analyse de la Loi GAYSSOT

C’est une remarquable garantie que celle dont bénéficie, le secteur du transport terrestre depuis 1998 via l’article L.132-8 du Code du commerce.

En effet, la loi Gayssot d’ordre public précise que « La lettre de voiture forme un contrat entre l’expéditeur, le voiturier et le destinataire ou entre l’expéditeur, le destinataire, le commissionnaire et le voiturier. Le voiturier a ainsi  une action directe en paiement de ses prestations à l’encontre de l’expéditeur ou du destinataire, lesquels sont garants du paiement du prix du transport. Toute clause contraire est réputée non écrite. »

En  résumé,  un transporteur peut,  en cas de non paiement de son donneur d’ordre,  légitimement  actionner  un recours auprès de l’expéditeur ou du destinataire et ce pour toutes opérations de transports sur le territoire  français.  Cette loi est particulièrement efficace en matière de sous-traitance puisque l’expéditeur ou le destinataire pourraient être amenés à payer deux fois si le donneur d’ordre défaillant n’avait pas payé son sous-traitant…

Mais pour être applicable cette loi suppose le respect de certains critères , notamment :

  • un ordre de prise en charge du client vis-à-vis du transporteur
  • Une lettre de voiture (document  retraçant la réalité du transport, la bonne réception des marchandises objet du transport)
  • les mises en demeures du transporteur

Il faut également préciser que le recours doit être effectué dans  un délai  d’un an à  dater de la livraison des marchandises.

La volonté du législateur  au travers de cette loi est très claire puisqu’il s’agit de protéger les sous-traitants, très nombreux en matière de transport terrestre,  en permettant au voiturier de disposer d’un recours direct et non contestable auprès de toutes les parties prenantes au contrat de transport.

La filière transport bénéficie donc d’un avantage très appréciable en termes de garantie de paiement lorsqu’il s’agit d’opérations sur le marché domestique. En revanche, celle-ci elle ne s’applique pas  lorsqu’il s’agit de transport à l’international.

Il faut toutefois noter que dans certaines situations, les recours sont difficilement applicables, en particulier lorsque le transporteur se trouve dans un contexte où il effectue des opérations de transports directs pour le compte d’un client  d’un site à un autre. Dans ces conditions la mise en jeu d’un recours peut se heurter à la réalité commerciale !

Actualités et enjeux des plateformes de gestion du crédit clients

Alors que la réduction du crédit bancaire handicape beaucoup d’entreprises qui ont traversé la crise, la recherche de cash reste la première préoccupation des directeurs financiers (Conclusions du Congrès des DAF de Juillet 2013). C’est sur cette vague que surfent les sociétés qui proposent des plateformes de gestion du crédit clients. Leur principal intérêt est en effet la réduction du DSO et de fait, l’accélération des encaissements. Pourquoi aller rechercher de la trésorerie à l’extérieur alors que le poste clients représente une source potentielle de cash endogène ? Lire la suite

Le Reverse Factoring

Une situation économique morose, un contexte règlementaire toujours plus contraignant (LME,Bâle III, …), les  banques sont de plus en plus frileuses lorsqu’il s’agit de financer les entreprises alors que les trésoreries se resserrent. Dans ce contexte incertain, les directeurs financiers cherchent plus que jamais des moyens d’améliorer les performances de leur entreprise. Lire la suite