G-Grade Q2 2020 : analyse des risques pays

Depuis la création du G-Grade (outil de mesure du risque pays) par AU Group fin de 2014, nous n’avions jamais connu une vague aussi massive de dégradations des notes du risque pays. En effet, avec 29 pays déclassés de plus de 0,5 point, les graves conséquences de la crise sanitaire du COVID19 se traduisent dans cette mise à jour trimestrielle.

La crise économique qui balaie le monde va entraîner une augmentation sans précédent des faillites d’entreprises. Les premières défaillances importantes ont déjà touché des secteurs tels que le transport aérien, le commerce de détail, l’événementiel et l’industrie automobile.

Les entreprises ainsi que les assureurs-crédit sont confrontés à une situation extrêmement compliquée et l’ampleur de la sinistralité attendue est telle que dans la plupart des États « berceaux » de l’assurance-crédit (Belgique, Danemark, France, Allemagne et Royaume-Uni), les assureurs et les gouvernements locaux ont cherché des solutions pour soutenir l’activité économique. En conséquence, ces pays européens ont conclu des accords de réassurance d’État afin de pouvoir faire face au déluge de sinistres prévu pour le second semestre de 2020 et le début de 2021. D’autres pays pourraient suivre avec le soutien des gouvernements, mais il n’existe pas d’approche cohérente à travers l’Europe. Sauf de rares exceptions, il n’y a pas non plus de soutien significatif en dehors de l’Europe.

Le risque pays jouera un rôle prédominant dans ces faillites et les gouvernements ont tous adopté des approches différentes pour faire face à la pandémie. La presse mondiale présente quotidiennement les succès et les échecs de chaque pays, l’efficacité des mesures de confinement prises, la vitesse de propagation du virus, la rapidité avec laquelle les frontières ont été fermées et les mesures financières prises pour soutenir l’économie. Il est évident que la capacité des entreprises à éviter une situation de défaillance dépend largement de cet environnement économique local.

Parmi les dégradations significatives, on notera l’Espagne, l’Italie, le Royaume Uni, le Brésil, l’Algérie, le Sénégal, et la Turquie. Au cours des prochains jours, le poids des dettes souveraines sera une préoccupation majeure pour l’économie mondiale.

Les prévisions fournies par le FMI (dans le numéro joint) sont plus limitées qu’au cours des trimestres précédents en raison de l’incertitude totale des conditions économiques mondiales.

 

Téléchargez le G-Grade Q2 2020 ici